Ça chauffe dans les Alpes !

Marc FIQUET, DDTM des Hautes-Alpesles alpes compressor

S'il y a un endroit où les manifestations du dérèglement climatique sont visibles, c'est bien dans les Alpes où le recul des glaciers est spectaculaire et les conséquences inéluctables sur les ressources en eau des régions périphériques. Dans le massif des Ecrins, château d'eau de la Provence, les dernières prévisions livrées par les scientifiques sont glaçantes !

Depuis 1900, on enregistre dans les Alpes une élévation des températures moyennes annuelles de +2°C contre 1°C en moyenne à l'échelle planétaire. Conséquence directe : une fonte estivale des glaciers qui ne fait que s'accélérer. La situation des glaciers des Ecrins (à cheval sur les Hautes-Alpes et l'Isère), les plus méridionaux de l'arc alpin, en témoigne. Le massif comptait encore 100 km² de glaciers en 1980, il n'en reste plus que 60 km². La perte de surface atteint en moyenne 1 km²/an, ce qui représente l'équivalent de 50 millions de m³ d'eau par an déstockés.

Le Glacier Blanc, plus grand glacier du massif, est suivi de très près par les scientifiques du Parc National des Ecrins en partenariat avec l'IRSTEA. Les données recueillies permettent d'établir chaque année des bilans de masse (différence entre accumulation et ablation) depuis de nombreuses années. Verdict : un bilan négatif qui ne fait que s'accentuer. La perte cumulée ramenée à la surface du glacier est équivalente à 14 m d'eau au cours des vingt dernières années. Dans le paysage, c'est un recul du front du glacier d'un kilomètre depuis 1986. Sur la seule année 2019, particulièrement chaude, ce sont 59 mètres de retrait !

 

les alpes 1 compressor2

 

Des perspectives pessimistes : les dernières modélisations réalisées en 2019 aboutissent selon les différents scénarios climatiques du GIEC à une perte du volume glaciaire d'ici 2100 de 84 % dans le meilleur des cas ! Selon les scientifiques, d'ici 20 à 30 ans, les 2/3 des glaciers des Ecrins auront disparu.

 

les alpes 2 compressor les alpes 3 compressor

 Bilan de Masse du glacier Blanc de 2000 à 2019

(source Parc National des Ecrins)

 Modélisation du retrait du glacier Blanc selon différents scénarios climatiques

(source Parc National des Ecrins)

 

Des conséquences sur les ressources en eau jusqu'au delta du Rhône. La région provençale est très dépendante de la ressource en eau de la Durance qui prend sa source dans les Hautes-Alpes, considérées comme le château d'eau de ce territoire. La fonte des glaciers, combinée aux autres effets du changement climatique, se traduiront inéluctablement par une modification profonde du régime hydrologique de la Durance et notamment par la réduction des débits d'étiage estivaux. Ces changements vont remettre en cause les équilibres et les usages actuels (hydroélectricité, irrigation, eau potable) tant sur les eaux superficielles que sur les ressources en eaux souterraines liées au système Durance.

Les résultats de ces travaux ainsi que ceux du projet « R2D2 2050 » (Risque Ressource en eau et gestion Durable de la Durance à l'horizon 2050, piloté par l'IRSTEA) ont été présentés en janvier 2020 lors du dernier comité départemental de l'eau des Hautes-Alpes pour sensibiliser les élus des collectivités et institutionnels.

A l'aube du lancement de la démarche de construction du Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la Durance, ces éléments indispensables sont à prendre en compte dans les réflexions pour permettre aux territoires de s'adapter à ces grands changements et de veiller au maintien d'une gestion équilibrée des ressources en eau stratégiques.

Newsletter

Abonnez-vous à notre Lettre d'information
© 2018 AHSP. All Rights Reserved