Sécheresse 2022, les eaux souterraines une nouvelle fois au secours de la ville de Gap !

Marc FIQUET – DDT des Hautes-Alpes

Même si elle a été d’ampleur exceptionnelle de par sa précocité, son intensité et sa durée, la sécheresse 2022 est très certainement un avant-goût des difficultés auxquelles devront faire face les collectivités du fait du changement climatique.

 Gap
La vallée du Champsaur où s’étend la nappe de Choulières sur
la rive gauche du Drac amont, siège d’une nappe alluviale puissante
 

L’année 2022 a été marquée sur le Drac amont (Hautes-Alpes) par un étiage estival sans précédent. Les prélèvements superficiels de la prise d’eau principale ont été interrompus dès la fin juillet. Or, tout le bassin gapencais est dépendant de ces transferts d’eau pour 5000 ha de cultures et la fourniture d'eau potable à la ville préfecture de Gap (40 000 habitants). Des pompages de secours ont été réalisés dans la nappe d’accompagnement du Drac permettant d’éviter la pénurie pour les usages prioritaires. Cette ressource souterraine, encore très peu exploitée, a une nouvelle fois démontré sa robustesse dans des conditions hydrologiques extrêmes. La majorité des acteurs souhaitent une substitution intégrale de l’alimentation en eau potable de la ville à partir de cette nappe. Les études fraîchement livrées par le SIENAD (Syndicat Intercommunal d’Exploitation de la Nappe Alluviale du Drac) démontrent que cette solution est techniquement faisable, financièrement soutenable et qu’elle permettrait de disposer d’une eau d’excellente qualité, facilement protégeable mais également de soulager la pression sur la ressource en eau superficielle.

Reste à trouver un accord avec la ville pour concrétiser enfin ce projet !

 

Newsletter

Abonnez-vous à notre Lettre d'information