Le Cantal automatise le suivi des ressources en eau souterraine

Emilie SOLIGNAC – Conseil départemental du Cantal

Le Cantal est touché par les effets du changement climatique : baisse des précipitations, épisodes de sécheresse récurrents. Le Conseil départemental renforce la surveillance de ses ressources en eau souterraine.1 ET

Depuis 2016, la Mission d’Assistance à la Gestion de l’Eau (MAGE) du Conseil départemental du Cantal, a mis en place un réseau départemental de suivi des eaux souterraines. Ce réseau vise à améliorer la connaissance des ressources en eau et permet d’assurer une veille objective et pertinente de l’évolution des débits dans le temps.

Le fonctionnement actuel du réseau de suivi

L’alimentation en eau potable dans le Cantal est assurée à 93% par des sources gravitaires. Le réseau départemental de suivi des eaux souterraines actuel compte 16 sources gravitaires. Ces dernières ont été choisies pour leur situation géologique, pour la qualité des chroniques de débits existantes et pour leur répartition géographique sur le territoire. Les mesures de débits des sources donnent des informations sur la disponibilité de la ressource. Elles sont effectuées manuellement avec un seau et un chronomètre, à fréquence mensuelle, par les collectivités gestionnaires de l’eau.

Le constat

Le réseau de suivi actuel montre certaines limites : mesures imprécises et irrégulières dans le temps, fonctionnement du réseau dépendant de la disponibilité des agents des collectivités, nombre de mesures insuffisant pour faire des projections/modélisations. Ce réseau ne permet pas aujourd’hui de prévenir et d’anticiper les situations de crise (périodes de sécheresse et de pénurie).

A partir des données recueillies depuis 2016, la MAGE constate les effets du changement climatique sur le territoire cantalien : enchainements successifs d’épisodes de sécheresse estivale, étiages hivernaux, baisse des précipitations… Depuis 2019, plusieurs collectivités ont été confrontées à des problèmes de distribution d’eau potable, nécessitant la mise en œuvre de solutions d’urgence (sensibilisation de la population, alimentation des réservoirs par rotations de camions citernes, coupures d’eau ponctuelles, raccordement de ressources complémentaires non réglementaires…).

Le projet 2022-2023 : automatisation du réseau de suivi

Face au contexte climatique et hydrologique inquiétant à moyen et long terme pour le territoire cantalien, le Conseil départemental du Cantal a décidé d’investir dans un outil de surveillance et de prévention pertinent : l'installation de dispositifs de télésurveillance sur plusieurs captages d’eau potable (sources gravitaires et piézomètres).

Les objectifs de l’automatisation du réseau départemental de suivi des eaux souterraines sont :

  • l’amélioration de la qualité du suivi, la fiabilisation de la donnée ;
  • l’augmentation et l’harmonisation des fréquences de mesure ;
  • l’augmentation du nombre de points de suivi pour avoir une meilleure représentativité de l’hydrogéologie du territoire et pour également prendre en compte le niveau des nappes profondes (suivi de piézomètres / forages) ;
  • l’amélioration de la qualité de suivi en augmentant le nombre de paramètres mesurés (température, conductivité).

La mise en place de ce réseau de suivi automatisé, prévu pour 2023, va nécessiter plusieurs actions :

  • des travaux ponctuels sur les ouvrages existants pour mettre en place des déversoirs calibrés ;
  • l’installation de matériel de mesure de débits ou de niveau (débitmètres, sondes) ;
  • l’installation de matériel de télésurveillance ;
  • la mise en place d’un serveur informatique pour le rapatriement et l’hébergement des données.

Pour réaliser ces travaux, le Conseil départemental passe des conventions avec les collectivités gestionnaires de l’eau propriétaires des ouvrages.

En première approche, il est prévu d’équiper 32 sites répartis sur l’ensemble du département. Les fréquences de mesure seront journalières.

Le montant d’investissement prévu est de 350 000 €HT. Ce projet bénéficie des financements de l’Agence de l’Eau Adour-Garonne et de l’Etat.

Newsletter

Abonnez-vous à notre Lettre d'information